Rechercher

Pour que l'IVG continue à rimer avec liberté et égalité!


Nous entendons largement parler du droit à l'IVG- interruption volontaire de grossesse- ces jours-ci. L'Espagne tente de revenir sur cet acquis, la France L'IVG est un droit des femmes à disposer librement de leur corps obtenu  par la loi Veil en 1975 en France. Jusqu'alors la loi française stipulait que toute femmes enceinte qui s'estime placée dans une situation de détresse peut demander à un médecin l'interruption volontaire de grossesse, qu'elle soit majeure ou mineure, française ou étrangère. Seule la femme concernée peut en faire la demande et seul le médecin peut la pratiquer, jusqu'à la fin de la douzième semaine de grossesse. Ceci est un droit garanti par la loi (article L.2212-1 du code de la santé publique). Un nouvel amendement tend a renforcer cette loi en supprimant la notion de détresse et en étendant ce droit pour toute femme enceinte qui ne veut pas poursuivre sa grossesse. Les opposants y avaient invoqué le risque de libéraliser et de généraliser l'IVG en France.

Réfléchissons ensemble sur ce droit. Rappelons que faire une IVG en France aujourd'hui n'est pas un acte facile et facilité. Les centres d'IVG proposent parfois de longs délais d'attente, parfois en inadéquation avec les délais légaux de l'IVG, du fait de la fermeture de certains centres ces dernières années. De plus, peu importe la méthode choisie, cet acte engage fortement le corps des femmes. Souvenons nous qu'au moins 1 femme sur 2 fera une IVG dans sa vie (statistiques INED). La France est un pays ou la contraception est très largement utilisée par les femmes (+de 70%), la preuve en est, les femmes n'ont pas plus recours à l'IVG aujourd'hui qu'hier: les chiffres sont stables depuis plus de 12 ans! Dérembourser l'IVG, comme cela avait été proposé par certains députés, réserverait ce droit aux personnes ayant le lus de capacité financière. L'IVG est un droit pour TOUTES les femmes à disposer librement de leur corps!

Petit rappel, ce n'est que depuis le 17 janvier 2013 que l'IVG est gratuit pour toutes les femmes (c'est à dire intégralement remboursée par l'assurance maladie), quelle que soit la méthode (chirurgicale ou médicamenteuse). Et pourtant elle n'est pas plus pratiquée. Enfin, n'oublions pas les droits des hommes dans cette affaire, le droit à l'IVG les concerne tout autant dans la décision d'être père ou non? Cette bataille n'est pas que celle des femmes!

Sources INED: http://www.ined.fr/fr/france/avortements_contraception/avortements/ http://www.ined.fr/fr/france/avortements_contraception/methode/

1 vue0 commentaire