Rechercher

Pour une sexualité égalitaire !

Notre société se bat activement pour une égalité entre les femmes et les hommes. Cela se passe par la déconstruction des stéréotypes de genre et par la réaffirmation de cette égalité dans la loi - loi sur l’égalité professionnelle ou par la proposition de loi contre le système prostitueur .

Cet ensemble est nécessaire. Pour renforcer cette cohérence et son impact, il est nécessaire d’éduquer à une sexualité égalitaire entre les femmes et les hommes. La sexualité est à mon sens  un important vecteur d’égalité.


Comment agir ?

La sexualité est le résultat d’un mécanisme d’apprentissage et de maturation qui débute dès le plus jeune âge[1]. Elle n’est donc pas innée.

On peut alors s’interroger sur  l‘apprentissage de notre sexualité ? Il passe par l’identification à des modèles, par la découverte du corps et par l’information (interventions scolaires par exemple). Nous pouvons donc agir pour promouvoir une sexualité égalitaire.


Dès la maternelle, il est important de veiller sur les stéréotypes pour ne pas les véhiculer et éduquer les enfants égalitairement.

Un travail sur les sensations de plaisir et de bien être peut également être engagé avec les enfants. Au travers d’outils adaptés, les enfants sont amenés à développer leurs sensations et à les identifier. Ce dernier point est primordial. Il est à noter une culture différente de l’émotion entre les filles et les garons qui peut engendrer une incompréhension à l’âge adulte dans les couples. Les hommes sont définis comme moins sensibles, trop peu dans l’émotion à l’opposé des femmes. Cela nous interroge sur l’impact de l’éducation que nous portons aux enfants et aux attentes que nous projetons sur les filles différemment des garçons.

Laissons chacun-e être sensible et montrer ses émotions, explorer ses sensations et énoncer ses envies. L’impact sur la sexualité n’en sera que positif.


La découverte et la connaissance de son corps et de celui de l’autre est également indispensable.


L’ensemble de cette démarche doit être prolongée en primaire et à l’adolescence. Cette dernière période est le moment ou chacun- va explorer et découvrir sa sexualité érotique, an activant les apprentissages mis en place durant l’enfance.Les jeunes se posent de nombreuses questions sans pour autant oser les poser. Nous savons informer sur les risques liés à la sexualité, n’oublions pas d’informer sur le plaisir et le bien être lié à la sexualité !

Il est nécessaire d’aborder  et d’informer sur la 1ere fois pour la démystifier, de parler de la normalité de la masturbation pour découvrir son corps et s’initier au plaisir[2], et d’aborder le plaisir sexuel féminin et masculin d’un point de vue très pratique.


Nous savons que chacun-e va chercher des modèles pour apprendre sa sexualité. Ces modèles sont les animaux, les fictions, les images érotiques et la pornographie. Veillons à ce dernier point. La pornographie véhicule une forte domination masculine. Elle est donc néfaste en tant que modèle unique, et c’est le cas depuis une dizaine d’année avec Internet et cet important stock d’images facilement accessibles. Proposons un modèle égalitaire !


Agir dès le plus jeune âge pour une sexualité égalitaire permet d’agir sur la déconstruction des stéréotypes et de casser certaines idées reçues que nous entretenons telles que « les hommes ont plus besoin de sexualité que les femmes », « mon partenaire ne me donne pas de plaisir » …


Dernière piste de réflexion, la sexualité n’est pas un besoin, elle est un apprentissage. A la question « Etes vous parfois en manque de sexualité ? », 76.8% des femmes répondent affirmativement pour  84% des hommes.


Soyons égalitaires, faisons-nous plaisir !


J’ai eu la belle opportunité de passer ce message à nos député-e-s lors d’une audition par la commission spéciale sur la loi de lutte contre le système prostitueur.Agir pour une sexualité égalitaire interroge sur la prostitution. Cette dernière est le reflet de la domination masculine et non de cette égalité sexuelle.Vous retrouverez la vidéo ci-dessous.

http://videos.assemblee-nationale.fr/video.4858

[1] Références au développement psycho-sexuel de l’enfant.

[2] Selon l’enquête « les femmes, le sexe et l’Amour » réalisé par Philippe Brenot en 2012, 72%  des femmes ce sont déjà masturbées avant la 1ere fois et 94% des hommes.

4 vues0 commentaire