Rechercher

Soyez vous même en osant dire vos désirs! Réflexion sur le consentement

On nous explique qu’il est important de savoir dire non dans le cadre de la sexualité. Il est tout autant important de savoir dire oui !


Cette notion de consentement va bien au-delà du simple fait de savoir dire non. Il s’agit en réalité  de connaitre ses besoins et ses envies, de les prendre en compte, de les exprimer à l’autre, donc d’émettre un refus ou un accord … et aussi une demande, une envie ….

Vous vous rendrez alors compte qu’il s’agit d’une notion, une façon de s’écouter, de se positionner, qui s’apprend, qui s’initie et cela dès la plus petite enfance !


Cette notion de consentement débute dès l’enfance, dans l’appropriation de son corps, face à l’autre. Permettre à un enfant de dire non et surtout prendre en compte ces refus quand il s’agit de son corps est la base du consentement. L’enfant intègre alors que sa parole a une valeur, qu’il  est entendu et qu’il décide lui-même pour son corps. Cela peut se jouer lors de la toilette par exemple, s’il émet le souhait de se laver seul ou qu’il/elle refuse d’être lavé-e par une tierce personne.

Je souhaite m’attarder sur la situation du bisou pour dire bonjour et au revoir. Un enfant qui refuse de donner ou recevoir un bisou fait part de ses limites et de son désaccord. Il initie alors la notion de consentement. Il est dans ce cas important de l’écouter sans aller négocier son choix, son rapport au corps. Cela n’a pas à voir avec la politesse, l’enfant peut dire différemment bonjour à l’autre.


Le consentement s’initie et se développe dans notre vie quotidienne, depuis l'enfance et jusqu'à l’âge adulte. Il s’agit d’oser s’écouter.  Comment ? En osant dire non quand ca nous convient pas, on osant dire nos envies et en identifiant nos propres limites.

Toutes les sphères de notre vie quotidienne sont concernées : le couple (le/la partenaire n’accède pas à notre tout corps tout le temps), avec les professionnel-le-s de santé (ou peut refuser un examen médical par exemple ou poser des conditions- les médecins nous demandent d’ailleurs souvent notre accord avec un examen et c’est bien normal), avec nos enfants (nos enfants n’ont pas librement accès au corps de leurs parents et inversement), avec nos ami-e-s …


Consentir c’est être en capacité de dire NON et c’est aussi être en capacité de dire OUI. Cela renvoie à la question « De quoi ai-je envie là maintenant ? ».


Si je reviens dans la sexualité, on peut très bien refuser un rapport avec pénétration et avoir envie de caresses sensuelles ou de câlins.



Consentir c’est identifier nos envies, nos besoins et en faire part à l’autre, tout en prenant en compte nos limites, sur l’instant : c’est être connecté-e à soi. Cette démarche consiste à apprendre à se faire confiance et à savoir se sécuriser pour vivre sereinement les relations aux autres.

21 vues0 commentaire